Grand entretien avec Guy Savoy

Grand entretien avec Guy Savoy

« La cuisine est l’art de transformer instantanément en joie des produits chargés d’histoire » Guy Savoy

La Manufacture des Gobelins, lieu magique, lançait hier la nouvelle saison des Rencontres des Gobelins et inaugurait cette saison avec le Grand Entretien du Chef Guy Savoy.

Il est question de patrimoine immatériel mais aussi de madeleine de Proust ou de langues de chat en ce qui concerne Guy Savoy, qui nous confie avec des yeux émerveillés d’enfant, ce moment où il découvre les joies infinies de la gourmandise en regardant « bronzer » les bords des langues de chat préparées par sa mère.

Lorsque le Chef est interrogé sur la comparaison entre son travail et celui du musicien, interprète et compositeur, le lien trouve écho tout de suite chez nous.

Pour chaque artisan, le respect du produit est primordial pour pouvoir le sublimer. Par exemple, le respect d’une volaille fine de Bresse aussi délicate et précieuse qu’un Stradivarius. Dans les deux cas, s’ils ne sont pas respectés, ils ne pourront pas apporter de joie, de plaisir et dans certains cas plus rares, de l’émotion.

Pour chaque artisan aussi il s’agit d’un apprentissage des gestes. Guy Savoy parle du « geste juste ». Ces gestes dont nous parlons souvent chez Grammaj, comme le dessin. Ces gestes s’apprennent et se maîtrisent, ils se transmettent et s’apprivoisent pour devenir si évidents pour celui ou celle qui les exécute que l’esprit créatif peut courir librement vers la fabrication d’une œuvre d’art.

Guy Savoy évoque le bien-être, celui qu’il atteint lorsque sa gourmandise est satisfaite par la perfection d’une bouchée ou d’un accord mets-vin sans oublier celui procuré à ses convives. C’est aussi à cet endroit que les artisans se rencontrent, l’architecte recherche lui aussi, le bien-être des habitants de ses bâtiments.

Enfin, lorsqu’arrive le moment des questions avant de nous quitter, quelqu’un lance dans l’auditoire « Pourriez-vous nous donner une recette ? » une fois encore nous retrouvons dans sa réponse le partage de valeurs avec les artistes de Grammaj.

La valeur écologique dans le choix du produit pour le chef ou du matériau pour l’architecte, la recherche de simplicité pour mettre en avant ce produit ou matériau ou encore la promesse d’émotions, procurées, partagées et ressenties que cela soit devant une machine imaginaire de Boris Vian, la poésie du dessin et des pastels tendres de Eric Guérin ou les lignes infinies de Matteo Fantoni.

Fermer le menu
×
×

Panier